CONTACT

Ecrivez-nous à jerome.trollet@gmail.com

Rechercher dans ce blog

7/12/2017

LE MATRICULE DES ANGES - Dossier VIALATTE

 
    
     La revue Le Matricule des Anges consacre son dossier principal, cet été, à Alexandre   Vialatte. Sur 13 pages, Didier Garcia présente l'écrivain, sa vie et son oeuvre avec pertinence puis, il trace plusieurs entretiens avec Alain Schaffner, Christian Moncelet, et Gérard Mordillat rend à l'auteur un vibrant témoignage d'amitié.
      
       Bref, c'est un splendide dossier qui aborde tous les aspects de l'oeuvre du romancier, du chroniqueur et du traducteur de la façon la plus intelligente qui soit.

       A ne manquer sous aucun prétexte ! Ne serait-ce que pour profiter d'un moment de plaisir au cours de ce bel été.
       Faites nous vos commentaires ; nous en serions heureux.




4/06/2017

PRIX ALEXANDRE VIALATTE 2017 À ÉRIC VUILLARD

   Éric Vuillard est le lauréat du Prix Vialatte 2017 pour 14 juillet et l'ensemble de son œuvre (Editions Actes Sud).
   Le jury l'a élu pour ses qualités stylistiques, aussi bien que "journalistiques", ce roman pouvant être lu comme un reportage sur le vif de l’événement, et rappeler ainsi la part la plus méconnue du travail de Vialatte, ses articles de presse, en particulier ceux qu'il a donné à L'Epoque, en 1945, sur les procès de Bergen-Belsen (Voir Résumons-nous, préface de Pierre Jourde, Bouquins Laffont). 


   La troisième et dernière liste du Prix Vialatte comportait 3 noms :
      - Michel Jullien Denise au Ventoux (Verdier).
      - Christian Oster La Vie automatique (L'Olivier).
      - Éric Vuillard 14 juillet (Actes Sud).

   Rappelons que Le Prix Vialatte, subventionné par le groupe La Montagne/Centrefrance, distingue l’auteur d’un ouvrage de langue française, de parution récente.
Sa dotation est de 6.105 euros soit « la somme de la hauteur du puy de Dôme et de la longueur du fleuve Congo. »
   Le jury et composé de 7 membres dont 5 sont renouvelés tous les deux ans.
   En 2017/2018 :
       - Eva Bester (France Inter),
       - Emmanuel Hogg (PDG de l’AFP),
       - Philibert Humm (Paris Match),
       - Éric Neuhoff écrivain et journaliste (Le Figaro, France Inter, Canal+),
       - Élisabeth Philippe (Vanity Fair).
   et deux membres permanents :
      - Pierre Vialatte,
      - Jean Brousse, représentant du Groupe La Montagne/Centrefrance.

3/29/2017

ASSEMBLÉE DES AMIS DE VIALATTE 2017

   
   La réunion commence, dans la petite salle du Théâtre Falguière, par les lectures de Jean Paul FARRÉ accompagné par Indiana BLUME




   Jean-Paul Farré, vous le savez tous, est un acteur, musicien, chanteur et metteur en scène français, mais peut-être ne savez-vous pas qu’il est né, de façon prédestinée,  rue du Théâtre dans le 15e arrondissement de Paris.

   Il est, au théâtre, auteur, pianiste depuis 1974, dans ses propres créations artistiques à tendance burlesque, musicale, qu'il préfère appeler « spectacles en solitaire » ; il interprète aussi différents personnages du théâtre classique et contemporain, et il a tourné plus de 40 films au cinéma et à la télévision.

   4 fois nominé aux Molières il obtient en 2010 le Molière du théâtre musical pour Les Douze Pianos d'Hercule.

   Personnellement j’ai eu le bonheur de découvrir Jean-Paul Farré en 1980, au Théâtre de la Cité internationale dans Le Farré sifflera trois fois. Jean-Paul jouait au milieu de pianos comme un dompteur au milieu de ses tigres… À la fin du spectacle, une pluie de balles de ping-pong était tombée sur la scène, faisait « bing » sur les cordes des pianos, rebondissait sur les spectateurs… J’en ai gardé une dans ma collection de souvenirs…

   Ce spectacle était si merveilleux que, depuis, j’essaie de ne rien manquer de ses créations :
Moi qui ai servi le Roi d'Angleterre d'après Bohumil Hrabal ou Effroyables Jardins de Michel Quint ou, en ce moment, au théâtre Rive Gauche, Hôtel des deux mondes, d’Eric-Emmanuel Schmitt, et depuis cette semaine, la reprise de Voltaire Rousseau de Jean-François Prévand, au Théâtre de poche Montparnasse.

         Je ne sais pas comment exprimer mon bonheur quand Jean-Paul Farré, à qui je demandais à l’occasion d’une première au Théâtre 13, s’il accepterait de « lire du Vialatte » devant nous, me répondit « avec joie » sur le champ. En ajoutant, « j’ai une maison en Auvergne ! »
         La chronique de Vialatte, ne pouvait que séduire Jean-Paul ; c’est l'œuvre d'un promeneur, d'un flâneur, d'un curieux d'un philosophe. C'est un genre essentiellement poétique, qui peut attraper n'importe quel sujet au vol. Même le plus éphémère se trouvera, par la grâce du style, chargé de sens écrivait Robert Kopp.
         Et Vialatte disait : «Nous sommes allés cherchant des hommes, comme Diogène, pour leur demander des maximes ou des fenêtres sur l'horizon.»
         «Une chronique, il faudrait la faire pousser comme une herbe dans les fentes d'un mur, dans les pierres de l'emploi du temps»

         Pour accompagner Jean-Paul Farré, le laisser reprendre son souffle entre deux lectures, je suis passé par la Maison du joueur de flûte et j’y ai rencontré La Dame du job.
         Indiana va nous interpréter des morceaux de flûte traversière, de tout son charme et sa joie de vivre.
         Mille mercis à tous les deux et place au spectacle !



   Applaudissement des deux artistes, qui nous quittent.

La réunion d’Assemblé Générale proprement dite commence.

Rappel de notre Cahier n°42 consacré à Henri POURRAT

Le prochain 43ème sera fait de :
-       la collection de dessins en couleurs du jeune Vialatte et des figurines qu’il traçait en marge de ses lettres, manucrits…
-       les 6 articles que Vialatte publia dans Le Figaro … sous le titre « Étrangers à Paris »
-       ou bien, la centaine de lettres que Vialatte adressa à ses cousines de Firminy de 1916 à 1929


QUELQUES FAITS MARQUANTS publiés dans le CAHIER et NOUVEAUX FAITS MARQUANTS


Editions :

La maison du joueur de flûte, La dame du Job parus au Dilettante début Novembre 2015 puis 2016.  Ces deux romans avaient été édités en juin 1986 par ARLÉA.


Un nouveau recueil de Chroniques dans la collection BOUQUINS

Après les deux tomes des chroniques de La Montagne publiées en 2000, nous sommes allés Pierre et moi, solliciter le groupe Robert-Laffont pour lui proposer un nouveau recueil de Chroniques. Nous avons été très bien reçus par M. Jean Luc BARRÉ qui dirige la collection BOUQUINS et un nouveau recueil est sorti début février.

Un chapitre « Allemagne », un chapitre « Petit Dauphinois », le chapitre « Almanach », le chapitre « Cinéma » et enfin le chapitre « Spectacle du Monde » qui correspond à l’intégralité des chroniques écrites par Vialatte pour ce magazine soit au total un volume de plus de 1300 pages.

Une Revue de presse du tonnerre (1ère page entière du Monde des Livres, 3 pages dans Valeurs Actuelles, Marianne, l’Express,…

A noter : j’ai acheté aux Belles Lettres 100 volumes de CAMILLE ET LES GRANDS HOMMES Disponible pour 15 €

SALOMÉ lui est épuisé, en édition des Belles Lettres, mais disponible en CAHIER de l’Association

Julliard va publier en 2018, un second ABECEDAIRE d’ Alain Allemand

Et à propos… NOS amis du groupe FACEBOOK

Nous avons atteint, ce mois-ci, le chiffre de 1000 AMIS de VIALATTE sur Face de Bouc ! Merci et bravo à Alain ALLEMAND, un artiste, poète, dessinateur, directeur d’école à Strasbourg. C’est un bonheur de recevoir un extrait presque chaque jour, publié par l’un ou l’autre des amis du groupe.

Le PRIX LA MONTAGNE-CENTRE PRESSE sera bientôt décerné
Le lauréat recevra son prix le 6 avril à Paris et le lendemain à Clermont dans l’hôtel Vialatte.

MANIFESTATIONS  RAPPEL 

L’EXPOSITION ALEXANDRE VIALATTE et les Mille Merveilles de la Mairie du 6ème arrondissement de Paris a été reprise par la Mairie d’Ambert puis par celle de Chamalières.


TRANSFERT DU FONDS VIALATTE À LA BIBLIOTHÈQUE DOUCET

Le référencement de tous les documents devrait être terminé au début de l’année 2018


HOTEL LITTÉRAIRE ALEXANDRE VIALATTE A CLERMONT
à deux pas de nos amis de La Montagne.
Le grand hall de l’hôtel accueillera peut être, une exposition permanente du BESTIAIRE de Philippe Kaeppelin




L’ASSOCIATION ET SES MEMBRES (AG 2015)

Jean Charles Personne présente les comptes de l’année :

Nombre d’adhérents inscrits : 502 mais plus de 250 n’ont pas donné de leurs          nouvelles depuis au moins 2 ans

Nombre de Cahiers envoyés ces 3 dernières années

         270 (/350 ex.  1995€ TTC) en 2012,
         270 (/350 ex.  2665€ TTC) en 2013
         270 (/300 ex.  3186€ TTC) en 2014
         270 (/350 ex.  2417€ TTC) en 2015
         270 (/300 ex.  2095€ TTC) en 2016
         250 (/300 ex.  2208€ TTC) en 2017

Nombre de cotisations reçues (145, ce vendredi 24 mars) et évolution ces dernières années. Stabilité autour de 150.


NOUVEAUX ADHÉRENTS : 9 /2011,  15/2012,  11/2013,  5/2014, 6/2015, 4/ 2016, 6/2017 (à ce jour). La publicité autour du 3ème recueil de Chroniques devrait nous en apporter quelques uns.

L’ASSOCIATION ET SES COMPTES

COMPTES DE L'ANNÉE 2015
            Solde au 31/12/2014            3 606,50 €
            Dépenses  en 2015 :             4 957,72 €
            Recettes  en 2015   :             6 036,00 €
            Solde au 31/12/2015 :           4 684,78 €

COMPTES DE L'ANNÉE 2016                           
         Solde au 31/12/2015         4 684,78 €
         Dépenses  en 2016 :          7 205,21 €
         Recettes  en 2016   :          5 504,00 €
         Solde au 31/12/2016 :       2 983,57 €

   et l'association dispose toujours d’un compte d’épargne de l’ordre de 15.000 €
Nous proposons de maintenir cette année encore la cotisation à 25 euros

L’Assemblée se termine dans les applaudissements pour Jacques Letertre en le remerciant de son action auprès de la Bibliothèque Doucet et de la création de l’Hotel Vialatte.

40 amis terminent la soirée, réunis au resto Falguière situé à deux pas du Théâtre qui nous a accueillis.


   Feuilles de présence :






3/02/2017

TOUS LES JOURNAUX EN PARLENT !...


     Après un article de Sébastien Lapaque dans le Figaro du 16 février (Le Compagnon des petits bonheurs), un autre de Jérôme Dupuis dans l’Express du 22 mars (Avatars de Vialatte), c’est aujourd’hui le Monde des Livres qui fait sa première page du recueil Résumons-nous paru dans le collection Bouquins de Robert-Laffont. Un article de François Morel célèbre Les extravagantes inventions d’Alexandre Vialatte.
     (Que les critiques que nous aurions oubliés ne nous en veulent pas ! Envoyez-nous votre article)

     Nous vous invitons à découvrir ces pages d’une incroyable diversité, qui regroupent les articles que l’écrivain a publiées dans La Revue Rhénane, Le Petit Dauphinois, Marie-Claire et Le Spectacle du monde (en version intégrale). Faisant suite aux Chroniques de La Montagne publiées aussi chez Bouquins (2 vol. en 2000), ce recueil est un véritable trésor, avec une très belle préface de Pierre Jourde.


1/31/2017

NOUVEAU RECUEIL DE CHRONIQUES DE VIALATTE CHEZ BOUQUINS


   Le 9 février prochain, parait dans la collection Bouquins chez Robert-Laffont un nouveau recueil de chroniques d'Alexandre Vialatte sous le titre RÉSUMONS-NOUS.
   C'est un ensemble merveilleux préfacé par Pierre Jourde, de plus de 1300 pages de pur bonheur.

   A NE PAS MANQUER !!

 


   Pendant un demi-siècle, Alexandre Vialatte a cultivé l'art de la chronique. Ses œuvres constituent une sorte d'encyclopédie des activités humaines vues au travers du kaléidoscope d'un observateur malicieux qui sait résumer d'une sentence, lapidaire et drôle, le fond de son propos.
   Nourri de textes inédits, ce recueil témoigne des différentes formes journalistiques pratiquées par Alexandre Vialatte, des années 1920 à sa mort en 1971. Il apprend son métier en collaborant à La Revue rhénane, en même temps qu'il s'initie à l'Allemagne, découvre Goethe et Kafka, et suit de près l'actualité du pays.
   Dans Le Petit Dauphinois, comme dans l'Almanach des quatre saisons, autre florilège de sa fantaisie, Vialatte s'en donne à cœur joie, avec la plume d'un poète, l'imagination d'un conteur, l'humour d'un savant désabusé. Les chroniques cinématographiques parues dans Bel Amour du foyer constituent un volet inattendu de son œuvre de journaliste. Vialatte s'amuse à y distiller ses conseils et ses opinions sur des films dont il raconte l'histoire à sa manière, toujours singulière et décalée.
   Il a aussi tenu pendant près de dix ans une chronique dans Le Spectacle du monde, constituée de promenades littéraires plus que de véritables critiques. Là comme ailleurs, il exprime ses goûts, ses admirations avec une intelligence savoureuse, une virtuosité et une liberté de ton qui n'ont cessé d'enchanter ses innombrables lecteurs et lui valent d'occuper aujourd'hui une place prépondérante dans notre histoire littéraire.

   Parution : 9 Février 2017, Format : 132 x 198 mm, Nombre de pages : 1344
Prix : 32,00 € ISBN : 2-221-19758-5

1/07/2017

AU THEATRE À TOULOUSE


     Au Théâtre du Grand Rond, 23 rue des Potiers 31000 Toulouse (tél. : 05 61 62 14 85)
   L’Homme est le seul animal qui porte des bretelles (c’est ce qui le distingue nettement du boa) 
   d’après Alexandre Vialatte par la Compagnie : Cie 11h11
     Mise en scène : Marc Compozieux, Alexis Gorbatchevsky
     Avec : Marc Compozieux, Alexis Gorbatchevsky, Hélène Zanon

   Représentation(s) du 3 au 14 janvier 2017 à 21h, du mardi au samedi (relâche les dimanche et lundi), durée : 1h15



1/04/2017

JOIE ET BONHEUR EN 2017


   Chers amis,

   que cette nouvelle année vous apporte joie, projet, bonheur, découvertes… ce que vous en espérez.

   Pour votre plaisir, voici un extrait du spectacle donné en 2012 au théâtre de Fortune à Montréal, mis en scène par Jean-Marie Papapietro et interprété par Gaétan Nadeau.

   http://theatredefortune.com/productions-diffusees/creation-et-cest-ainsi-quallah-est-grand/